Différence entre surpoids et obésité - Actualités Santé - Avenue Minceur
15592
post-template-default,single,single-post,postid-15592,single-format-standard,bridge-core-2.2,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-20.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_top,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.5.0,vc_responsive

Différence entre surpoids et obésité

Différence entre surpoids et obésité

Différence entre surpoids et obésité

Les chiffres sont alarmants : deux tiers des hommes (67 %) et la moitié des femmes (53 %) sont en surpoids. Un quart de tous les adultes sont même obèses. Quelle est la différence entre surpoids et obésité ?

 

La différence

Le surpoids et l’obésité ne sont pas la même chose. Le surpoids signifie que la personne concernée a un poids supérieur à la normale. C’est le passage d’un poids normal à l’obésité. Le terme d’obésité signifie qu’une personne est très en surpoids et a donc un pourcentage de graisse corporelle pathologiquement élevé. 

La définition

Il est défini avec précision à partir du moment où une personne est en surpoids ou même souffre d’obésité. L’indice de masse corporelle (IMC) sert de définition. Ce chiffre clé pour la masse corporelle est calculé en divisant le poids corporel en kilogrammes par la taille en mètres carrés. Un IMC de 25 kg/m2 ou plus est considéré comme un surpoids par définition, un IMC de 30 kg/m2 ou plus est considéré comme de l’obésité.

 

 

 

Des chiffres alarmants

Alors qu’en 1980, 857 millions de personnes dans le monde étaient encore en surpoids, ce chiffre est passé à 2,1 milliards en 2013. 671 millions de personnes ont même été classées comme obèses. Plus de la moitié des personnes particulièrement en surpoids dans le monde vivent dans dix pays. Il s’agit notamment des États-Unis, de la Chine, de l’Inde et de l’Allemagne.

Les causes

Les causes du surpoids et de l’obésité sont multiples. Un facteur majeur est le mauvais régime alimentaire : trop de fast food et de sucreries, et généralement trop de graisses dans le régime. En outre, on constate un manque d’exercice prononcé, par exemple lorsque le travail sédentaire ne s’accompagne pas d’un sport de compensation. Mais les causes psychologiques sont également importantes, car de nombreuses personnes mangent par frustration ou par stress.

Des études sur les jumeaux montrent que des facteurs héréditaires jouent également un rôle. Mais même si la tendance à la surcharge pondérale est dans les gènes, ces facteurs congénitaux ne sont jamais la seule raison de la surcharge pondérale. Certains antidiabétiques, neuroleptiques et antidépresseurs peuvent augmenter l’appétit et donc entraîner une augmentation de la consommation alimentaire. Certains facteurs hormonaux, tels que l’hypothyroïdie, peuvent également être une cause de satiété.

Les effets

Comme si les kilos superflus ne suffisaient pas : le surpoids et l’obésité augmentent également le risque de nombreuses autres maladies. L’hypertension artérielle, les maladies cardiaques et le diabète sont parmi les maladies concomitantes les plus courantes. Trop de kilos mettent le cœur et la circulation sanguine à rude épreuve. La raison : la quantité de sang chez les personnes obèses est plus importante que chez les personnes de poids normal. Pour le cœur, cela signifie beaucoup plus de travail, car il doit battre plus fort pour faire circuler le sang. Il en résulte une augmentation de la pression artérielle.

L’obésité cause également des dommages à long terme aux vaisseaux sanguins dans tout le corps, car elle favorise les dépôts, ce qui conduit finalement à la calcification vasculaire (artériosclérose). Le risque de diabète est également accru. Cela s’explique par le fait qu’il faut plus d’insuline car le poids du corps augmente régulièrement. Avec la bonne prédisposition, le pancréas est incapable de produire de plus en plus de cette importante hormone. En outre, le corps n’est pas capable d’utiliser l’insuline correctement. La conséquence : une relative carence en insuline. Le glucose n’atteint plus les cellules, mais s’accumule dans le sang. Le taux de sucre dans le sang augmente.

Que faire ?

  • Etablir un protocole alimentaire. Notez exactement ce que vous mangez et surtout ce que vous buvez. Vous pouvez ainsi savoir combien de calories cachées vous consommez avec la nourriture et les boissons.
  • Vérifiez votre poids une fois par semaine (créez une courbe de progression).
  • Veillez à faire suffisamment d’exercice. Une activité physique régulière (2 à 3 fois par semaine) devrait être un élément de base de tout programme de perte de poids. Les sports d’endurance tels que la natation, la marche, le vélo, la randonnée, le jogging, etc. sont particulièrement adaptés. 
  • Prenez suffisamment de temps pour manger – mangez consciemment et mâchez bien, car : Bien mâché, c’est à moitié digéré !
  • Si nécessaire, prenez de petites collations entre les repas pour éviter les crises d’appétit !
  • Faites une liste détaillée avant d’aller faire vos courses.
  • Si possible, n’allez pas faire vos courses l’estomac vide.
  • Profitez des fruits et légumes de saison qui vous sont proposés et votre menu sera plus varié !